La science du travail social: Hypothèses et perspectives (dir. Rullac, 2012)

La science du travail social (Rullac)

Stéphane Rullac (dir.)
2012
La science du travail social: Hypothèses et perspectives
Paris: ESF (Coll. Actions Sociales / Référence)

_______________________

Sommaire / Corpus de citations

____

Marcel Jaeger Préface | pp. 7–11.
________
Stéphane RullacIntroduction | pp. 13–18.
«Trop souvent, les recherches appliquées au travail social favorisent l’analyse des conditions structurelles de l’action, en reproduisant une épistémologie de l’extériorité de type positiviste. Cette tendance produit une absence de considération des processus de construction des savoirs dans l’action professionnelle. Pour dépasser cette structuration qui oppose systématiquement l’objectif et le subjectif ainsi que la structure et l’action, nous plaidons pour les vertus scientifiques de la méthode ethnographique dans les recherches en situation professionnelle du travail social» (Rullac, 2012: 17).
________
Laurent CourtoisUne revendication ancienne aux effets limités | pp. 19–31.
________
Dominique DepenneÊtre ou ne pas être une science? Enjeux d’un débat ouvert | pp. 33–44.
Notes de Lecture / Corpus de citations –> Link
«(…) qu’il y ait débat n’est pas de mauvais augure, bien au contraire. Cela atteste d’une volonté et d’un sursaut du travail social face à tout ce qui voudrait le momifier dans une posture exécutante (…)» (Depenne, 2012: 34).
________
Dominique SusiniLe cadre européen de l’nstitutionnalisation de la recherche dans les filières professionnelles | pp. 45–62.
________
Catherine LenziL’institutionnalisation d’une recherche intégrée au travail social | pp. 63–74.
Notes de Lecture / Corpus de citations –> Link

«La question est donc moins celle de la légitimité de la recherche appliquée au travail social, que celle de la légitimité de la recherche praticienne tout court, dite aussi pragmatique. Sur ce point, (…), le courant interactionniste (…) a permis de contrebalancer le modèle surplombant des théories positivistes, dont la démarche hypothético-déductive ne reconnaît qu’une seule forme de savoir scientifique. Il a ainsi introduit, comme modèle d’analyse, une démarche ethnographique et intervenante où sont considérées les différentes sphères du monde social comme autant de laboratoires des pratiques, construisant un savoir au même titre que celui produit dans l’arène universitaire et ses laboratoires: «l’une et l’autre de ces entrées procédant de la connaissance directe du terrain» [Dubart, 2006]. À partir de ce bref rappel, on ne s’étonnera pas que la recherche en travail social se nourrisse, depuis son démarrage, des outils propres à cette sociologie ethnographique» (Lenzi, 2012: 67).

________
Stéphane RullacUne science du travail social: Quelles spécificités pour quelle finalité? | pp. 75–86.
Notes de Lecture / Corpus de citations –> Link
«(…) le débat de la scientificité du travail social s’inscrit dans un vaste mouvement durable d’une épistémologie de l’acte au travail qui doit, à ce titre, bénéficier de toute l’attention que sa légitimité mérite» (Rullac, 2012: 80).
________
Telmo Caria & Margarida Santos SilvaExtériorité, implication et réflexivité dans l’ethnographie du travail social | pp. 87–92.
Notes de Lecture / Corpus de citations –> Link
«(…) le professionnel est “homme de terrain”, ethnographe de son propre champ d’action (…)» (Caria & Silva, 2012: 88).
________
Philippe CrognierLes enjeux de la scientifisation du travail social et de l’action sociale | pp. 93–104.
Notes de Lecture / Corpus de citations –> Link
«Dans le modèle du praticien réflexif, que sollicitent de plus en plus souvent les établissements du secteur social, les chercheurs ne considèrent pas les praticiens comme des sujets [passifs] (…) ; au contraire, ils donnent du sens au travail de ces praticiens, (…) en les engageant comme partenaires de recherche. Pour cela, il y a de multiples manières de procéder: recherches-actions menées en partenariat, entraînement à des méthodes anthropologiques de travail sur le terrain, association à l’analyse des données et des « agirs professionnels » (…)» (Crognier, 2012: 99-100).
________
Berta GranjaLa formation en travail social au Portugal | pp. 105–112.
________
Philippe Crognier – La publication de la recherche: acteurs et débats | pp. 113–124.
________
Bibliographie | pp.125–128

Michel G. J. Binet

Professeur à l'ESECS-IPP (Escola Superior de Educação e Ciências Sociais do Instituto Politécnico de Portalegre) et à l’ISSSL-ULL (Instituto Superior de Serviço Social de Lisboa – Universidade Lusíada de Lisboa) - Chercheur en Travail social - Docteur en Anthropologie - Analyste de Conversation - Membre du Conseil du GIS Hybrida-IS, Groupement d'Intérêt Scientifique en Travail social

More Posts

Deixe uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *