Collecte d’un Corpus (CORINTE) (Baude, 2006)


Site dédié à la recherche sur les corpus de langue parlée en interaction | CORINTE

Recueil des données
Entrée sur le terrain
Définition du corpus dans CLAPI
La démarche ethnographique
Les réseaux d’acteurs sociaux concernés
Enjeux éthiques et juridiques
Autorisations et consentement éclairé
Demande d’autorisation
Document d’information remis aux enquêtés
Enregistrement des corpus d’interactions



«Le Guide que nous vous proposons s’est fixé pour premier objectif de fournir les informations nécessaires à la constitution de corpus de données orales ou multimodales, et d’offrir des propositions utiles concernant non seulement les aspects juridiques, mais aussi les aspects matériels touchant aussi bien à la collecte, qu’à la structuration et la mise en forme des données, qu’à l’exploitation, la communication et la conservation de ces données» (Baude, 2006: 26).

Données sollicitées / de «parole continue» (2006: 34-5)

Corpus fermés / ouverts (2006: 36)

«Il est rare que les corpus modernes soient composés de paroles « de tout venant ». Le choix des locuteurs et des situations d’enregistrement est généralement fixé en fonction des objectifs donnés au départ. Les chercheurs proposent de collecter des conversations entre adultes, des négociations professionnelles, des entrevues (préparées ou non), des prises de parole dans des organismes publics, des discours électoraux, des explications entre services publics et utilisateurs, des cours publics, des sermons, des discours politiques, des conférences (spécialisées ou de vulgarisation), des témoignages historiques, des récits de faits-divers, des récits de vie (produits par des individus, des groupes, des représentants de groupes, des porteparoles), des dialogues entre mères et jeunes enfants, des enfants enregistrés dans un contexte scolaire ou en dehors (dans leurs jeux ou dans leurs récits, en réponse à des tests ou en dehors, dans des situations scolaires ou non, dans des jeux libres ou contraints, avec parodie et jeux de rôles), des malades dans les hôpitaux, etc. Un exemple : une banque de données CLAPI (Corpus de Langue Parlée en Interaction) est constituée actuellement à Lyon (laboratoire ICAR) afin de réunir des corpus de « parole en interaction » les plus diversifiés possibles, dans des situations non provoquées par les chercheurs : conversations à table, concertations entre notaires, appels à des centres d’aide sociale d’urgence et à des consultations thérapeutiques, etc. Cette banque de données comporte 300 h. d’enregistrements audio et vidéo, des transcriptions et des « métadonnées » décrivant les caractéristiques des locuteurs» (Baude, 2006: 35).

«Les linguistes (…) ont souvent collecté des corpus « ouverts », qu’ils modifient au gré de l’avancement de leur travail, sans délimiter à l’avance un objet de recherche pré-déterminé, parce qu’ils sont certains de découvrir des phénomènes nouveaux, impossibles à prévoir au départ : répartition du langage formel et informel, relations entre grammaire et lexique, liens entre degrés de complexité de la syntaxe et type de situations de parole, utilisation de la morphologie orale, rôle des contextes dans la construction du sens des énoncés, rôle de la prosodie dans la structuration des textes, etc.» (Baude, 2006: 36).

«Une étude récente, fondée sur des enregistrements et transcriptions de quatre langues romanes (italien, français, portugais, espagnol) permet de comparer la prosodie (intonations, accentuations, rythmes), en tenant compte de différentes situations et différents médias (C-ORAL-ROM, Cresti & Moneglia)» (Baude, 2006: 41).

«Sur certains terrains, la constitution du corpus est le résultat d’une relation de confiance qui s’est établie entre le chercheur en tant que personne (et non pas en tant que représentant d’une communauté scientifique) et la communauté ou certaines personnes de la communauté, dans des contextes difficiles. La décision de diffuser le corpus au sein de la communauté scientifique ou plus largement (accessibilité par Internet) interroge l’éthique du chercheur, et ne relève plus du cadre juridique» (Baude, 2006: 43).

«Les problèmes juridiques de protection de la parole, qui ont longtemps été considérés, à tort, comme secondaires, sont actuellement des freins très importants: beaucoup de chercheurs refusent de faire circuler leurs corpus parce qu’ils ne sont pas sûrs d’avoir « les bonnes autorisations ». Beaucoup hésitent à en lancer de nouveaux, parce que la demande d’autorisations leur parait fondamentale mais difficile à accomplir. C’est pourquoi une réflexion collective sur cette question est maintenant indispensable» (Baude, 2006: 43-4).

«(…)les recherches sur la méthodologie de l’enquête ont conduit les chercheurs à considérer les données enregistrées comme étant le produit de la situation d’enquête par opposition à une conception de données préexistantes simplement (re)cueillies (Cameron et al., 1991)» Baude, 2006: 57).

Techniques d’enquête (Recueil et production de données) (2006:56-60): Questionnaire / Entretien / Recueil de contes, chants, etc. / Récits de vie / Enregistrement en laboratoire / Enregistrement d’activités provoquées / Enregistrement d’activités dans leur contexte ordinaire / Reprise d’enregistrements / Reprise d’enregistrements médiatiques

Proximité/distance

Rôles de l’enquêteur (extérieur, participant, engagé, membre, déguisé, “magicien d’Oz”)

Rôles des enquêtés (enquêté focalisé, périphérique, associé, “compère”)

Lieux

«Les recherches en sociolinguistique, analyse conversationnelle et analyse des usages des technologies (Computer Supported Cooperative Work ; Dialogue Homme Machine), s’intéressent au recueil de données en situation d’activité non orchestrée par le chercheur et non provoquée par ses consignes. Il s’agit ici d’activités telles qu’elles ont lieu de manière ordinaire, même en l’absence du chercheur. Ces activités peuvent être fort variées : réunions, activités professionnelles, demandes de renseignements, interactions téléphoniques, etc. Les techniques de collecte sont également très différentes. Elles vont de l’observation participante à l’enregistrement autorisé, en passant par l’utilisation « de personnes ressources » choisies au sein du groupe de pairs observés et en particulier chargées de porter le dispositif d’enregistrement (micro, éventuellement caméra). L’objectif partagé par ces techniques est la recherche de données en situation naturelle et suppose donc une méthodologie s’efforçant de minimiser les effets produits par les dispositifs d’enregistrement (Heath, 1997 ; Jordan & Henderson, 1995)» (Baude, 2006: 59).  —> p.68: Modalités d’enregistrement

Ref. | Baude, O. (ed.) (2006) Corpus oraux: Guide de bonnes pratiques. Paris: CNRS / Presses Universitaires d’Orléans.

 


Le GEACC sur la plateforme ORTOLANG

 


Michel G. J. Binet

Professeur à l'ESECS-IPP (Escola Superior de Educação e de Ciências Sociais do Instituto Politécnico de Portalegre) et à l’ISSSL-ULL (Instituto Superior de Serviço Social de Lisboa – Universidade Lusíada de Lisboa) - Chercheur en Travail social - Docteur en Anthropologie - Analyste de la Conversation - Membre du Conseil du GIS Hybrida-IS, Groupement d'Intérêt Scientifique en Travail social - Coordinateur du Conseil Scientifique de la CERCIMA

More Posts

Deixar uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *