Ethnométhodologie et recherche impliquée dans le champ de pratiques du Travail social | Cours de formation doctorale à l’Université de Rouen Normandie (Michel Binet, 25 Mars 2019)

 

École Doctorale « Homme, Sociétés, Risques, Territoire »

(ED 556 HSRT)


Formation Doctorale

Orientations épistémologiques et méthodologiques des recherches portant sur l’analyse des activités professionnelles et des métiers 

Niveau 1 | Conceptions (démarches et postures) de la recherche en intervention sociale et autres métiers de la relation

Sous la responsabilité scientifique de

Richard Wittorski, PR Sciences de l’Education, laboratoire CIRNEF

&

Philippe Lyet, HDR Sciences de l’Education, laboratoire EMA

Cette formation est proposée en relation étroite avec les travaux menés par un réseau de recherche international, constitué en Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) et portant le nom d’HYBRIDA-IS. Ce réseau s’intéresse à l’analyse des activités et des métiers de l’intervention sociale en essayant de mieux comprendre leurs évolutions et professionnalisations (professionnalisation des activités mais aussi des individus). Une réflexion épistémologique et méthodologique est menée en lien avec cette préoccupation. Le réseau réunit des chercheurs d’universités et d’écoles de travail social françaises et étrangères venant de disciplines différentes en SHS (sciences de l’éducation, sociologie, psychologie, sciences de gestion pour l’essentiel) plusieurs d’entre eux contribueront à cette formation.
Cette formation est composée de 2 niveaux (21h niveau 1 et 24h niveau 2), l’accès au niveau 2 est conditionné par le suivi du niveau 1. Pour l’année universitaire 2017-2018, seul le niveau 1 est ouvert (le second se tiendra en 2018-2019). Le premier niveau (2017-2018) abordera les « conceptions (démarches et postures) de la recherche en intervention sociale et autres métiers de la relation”, le second niveau (2018-2019) consistera en un “approfondissement des théories et méthodologies”


Séance 4

25/03/2019, 13h30-16h30

École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de l’Académie de Rouen

2 rue du Tronquet- Mont Saint Aignan – 76130

Ethnométhodologie et recherche impliquée dans un champ de pratiques : la scientifisation du Travail social

Michel Binet, Professeur Universitaire, Docteur en Anthropologie, Laboratoire CLISSIS / GEACC


École Supérieure d’Éducation et de Sciences Sociales de l’Institut Polytechnique de Portalegre (ESECS-IPP)

 

Institut Supérieur de Service Social de Lisbonne de l’Université Lusíada de Lisbonne (ISSSL-ULL)

 

Cette séance porte sur l’Ethnométhodologie comme paradigme de recherche en Sciences Humaines et Sociales particulièrement approprié pour s’impliquer dans des dynamiques endogènes de recherche au sein de champs de pratiques engagés dans un processus relativement autonome de scientifisation. La rationalisation des actes professionnels et les pratiques enquêtrices réalisées quotidiennement sur les terrains professionnels, dans le cours même des interactions de travail, sont passibles de descriptions et d’analyses détaillées, dans le cadre d’études ethnométhodologiques du travail en train de se faire, basées sur des corpus d’enregistrements ou de filmages. Une telle approche, focalisée sur les compétences des membres des champs de pratiques, favorise la co-construction des savoirs, renforçant l’implication des professionnels comme co-chercheurs, en une démarche qui engage des positionnements / questionnements épistémologiques et méthodologiques parfois qualifiés de radicaux, qui seront explicités et discutés.


Tour de table final : retours évaluatifs des doctorant.e.s

Michel Binet | «Je m’excuse. En fait ce n’est que la partie émergée d’un iceberg. J’ai conscience de tout ce qui m’a été impossible de partager avec vous. J’aimerais avant que nous terminions cette rencontre vous demander un petit retour : si vous avez trouvé ça intéressant ? Si ça fait sens face à vos propres agendas de recherche en tant que doctorants ? J’aimerais avoir un petit retour de votre part» (2:31:57).

Retour 1 | «Moi ça m’a beaucoup intéressée. J’aurais bien aimé en savoir encore un peu plus (…) Je pense que ça peut être une approche importante» (2:35:12).

Retour 2 | «J’ai trouvé que c’était une rupture pour moi, de penser autrement» (2:35:45).

Retour 3 | «Alors moi je pense que quelque soit la situation ou l’état de l’avancement de notre recherche, ce que vous nous avez apporté, en tout cas je vais parler pour moi, a été vraiment riche pour moi. J’utiliserais aussi le terme de rupture qui m’est aussi venu à l’esprit par rapport à tout ce que je pouvais savoir, par rapport à la méthodologie, etc. J’ai effectué un lien aussi avec ce que je fais actuellement, le travail que j’effectue actuellement. Je pense que cette méthodologie lá pourrait apporter, comme je disais tout à l’heure, d’autres résultats et à mon avis peut-être plus pointus que me limitant à l’entretien semidirectif» (2:36:25).

Retour 4 | «Moi aussi je pense que l’approche est intéressante et peut servir dans le cadre de mon travail, surtout parce que elle est centrée sur les pratiques» (2:37:30)

Retour 5 | «Je pense que cette formation a été un plus pour moi. (…) C’est vraiment édifiant pour moi» (2:38:48)

Retour 6 | «Moi aussi je trouve que la méthode a apporté beaucoup de choses. (…) Mon sujet est anthropologue, donc je me retouve dans cette méthode» (2:40:21)

Retour 7 | «Moi j’ai trouvé ça très intéressant et très pointu, à la fois d’un point de vue méthodologique et aussi épistémologique, notamment en ce qui concerne l’Analyse Conversationnelle. Ce n’est pas du tout quelque chose qui m’intéressait au premier abord puisque je me pose davantage de questions sur justement le corps dans l’interaction. Et en fait lá vous avez abordé plein de choses qui me semblent très très interessant, donc j’ai hâte d’aller voir votre Zotero» (2:40:55)

Retour 8 | «L’ethnométhodologie, ça m’a paru très édifiant. En fait j’ai déjà rencontré cette méthode, cette démarche avec Alain Coulon. (…) Mais Alain Coulon, il ne dit pas comment, il ne fait pas part de tout ce dispositif dont vous nous avez fait part. (…) Vous vous inscrivez dans une logique avec Wittorski d’une nouvelle approche» (Doctorant 8). «L’analyse des métiers-en-acte» (Binet). «La singularité de votre méthode ici, moi je pense que c’est vraiment la co, le fait de faire participer les, comment on dit chez nous, les informateurs à la réalisation de votre travail. La co-interprétation et tout» (Doctorant 8). «Je préfère le terme “co-chercheur”. Mettre les professionnel.le.s en position de co-chercheurs. Parce que “informateur” c’est plus passif et c’est l’idée d’une contribution de portée plus limitée. Donc Co-chercheurs» (Binet). «Oui, l’idée de co-chercheur c’est ça la singularité de votre approche, donc moi j’apprécie et après j’aimerais bien savoir si ce dispositif dont vous avez fait part de caméras et tout à chaque fois, c’est primordial, parce que Alain Coulon, il n’évoque pas tout ça» (Doctorant 8) (2:41:34)

Retour 9 | «Pour ma part, j’avais déjà eu une présentation de l’ethnométhodologie. Je l’ai trouvée plus précise que ce que j’avais eu précédemment. (…) Cette méthode est très lourde, très intrusive et du coup ça me pose une question: est-ce qu’elle est applicable sur un chez-soi. J’ai pas encore la réponse» (Doctorante 9). «Si vous permettez, il y a une chercheuse nord-américaine de l’UCLA, (…) elle s’appelle Elinor Ochs, elle est spécialiste des interactions atypiques et elle a fait un travail qui a donné matière à la publication d’un livre sur la famille en tant que construction quotidienne par ses membres et qui est passé par l’enregistrement, des films du quotidien de plusieurs familles» (Binet) (2:45:50)

Retour 10 | «J’ai trouvé l’intervention très pointue notamment en terme de vocabulaire. Ça m’a beaucoup intéressé. Ça engage plein de réflexions en fait. (…) J’ai beaucoup aimé l’humilité de la méthode sur le fait qu’on est des co-constructeurs, des co-chercheurs. Je trouve que c’est des fois assez rare» (2:47:15)

Michel Binet | «J’ai peur maintenant de ne pas prendre notre train. Claire [Jondeau] va me donner un retour dans l’autocar. Je vous remercie de votre attention, du don de votre attention, de vos participations, de vos questions, de vos retours. Pour moi ça a été enrichissant et un grand plaisir de partager ces savoirs entre pairs. Merci beaucoup» (2:49:55)


Cours enregistré (3 heures) | Binet, M. (2019) ‘Ethnométhodologie et recherche impliquée dans un champ de pratiques : La scientifisation du Travail social’, in. Formation Doctorale « Orientations épistémologiques et méthodologiques des recherches portant sur l’analyse des activités professionnelles et des métiers ». Conceptions (démarches et postures) de la recherche en intervention sociale et autres métiers de la relation (dir. R. Wittorski & P. Lyet), École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de l’Académie de Rouen: Université de Rouen Normandie – École Doctorale « Homme, Sociétés, Risques, Territoire » (ED 556 HSRT).

Michel G. J. Binet

Professeur Universitaire à l’ISSSL-ULL (Instituto Superior de Serviço Social de Lisboa – Universidade Lusíada de Lisboa) - Chercheur en Travail social - Docteur en Anthropologie - Analyste de Conversation - Membre du Conseil du GIS Hybrida-IS, Groupement d'Intérêt Scientifique en Travail social

More Posts


Deixe uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *

Este site utiliza o Akismet para reduzir spam. Fica a saber como são processados os dados dos comentários.