Interactions Multimodales Par ÉCran (IMPEC) 2022, Lyon, 06-08/07/2022 | Participation du GEACC : Deux communications

C’est à Lyon, véritable capitale scientifique pour les analystes de conversation, que se tient la nouvelle édition 2022 du Colloque IMPEC, les 06-08 Juillet 2022.

Les Interactions Multimodales Par ÉCran (IMPEC) gagnent une place croissante dans la vie sociale considérée en général, mais aussi, plus spécifiquement, dans la vie au travail des professionnel-le-s de nombreux secteurs d’activité, métiers du social inclus, processus qui s’est accéléré avec la crise pandémique. Ce changement technologique observable place les écrans au centre de nos vies personnelles et professionnelles,  ce qui justifie sa constitution en objet de recherche.

L’étude des interactions s’étend nécessairement aujourd’hui à l’étude des Interactions Multimodales Par ÉCran (IMPEC), tournant que le GEACC est en train de prendre, avec la participation active de plusieurs de ses membres : Claire Jondeau, David Monteiro, Michel Binet, Sandro Brincher et Victor Braga.

À cette édition du Colloque IMPEC, deux communications sont présentées :


  • BINET, Michel; JONDEAU, Claire; MONTEIRO, David – Enregistrer et analyser un dispositif d’autoconfrontation accompagnée en ligne à partir d’enregistrements d’entretiens téléphoniques d’accompagnement social. [–> Cliquer : PDF du Powerpoint]
Resumé | La collecte de corpus d’enregistrements des pratiques professionnelles dans le champ du travail social, menée à des fins d’étude directe du travail en train de se faire, constitue une approche dont l’heuristicité et la solidité ont été solidement établies par les travaux de recherche en analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique (Hall et al., 2014). De tels travaux reposent pour la plupart sur une division du travail de recherche qui associe les praticiens étudiés et, dans une moindre mesure, les personnes qu’ils accompagnent, à la collecte des enregistrements de leurs propres rencontres, tout en les excluant de l’analyse de celles-ci. Les savoirs qui en résultent sont des descriptions à la troisième personne, qui s’efforcent de reconstituer les vécus des interactants, en une démarche émique étayées sur les traces de leurs comportements d’interaction.

Dans le champ interdisciplinaire de l’analyse des activités et des pratiques de travail, qui reconnait les apports de l’analyse de conversation et des développements de l’analyse multimodale (Mondada, 2017 ; Quettier & Hachour, 2011), des dispositifs méthodologiques sont conçus et testés en vue de compléter (ou substituer, dans certains travaux) les données d’enregistrement des pratiques de travail par des données de verbalisation des praticiens, qui explicitent et décrivent à la première personne leurs perceptions sensorielles, leurs activités cognitives et leurs émotions : instruction au sosie (Clot, 2001 : 262), « penser tout haut » durant l’activité (Barbier, 2011), entretien d’explicitation (Vermersch, 2012), sont autant de pratiques de recherche qui s’inscrivent dans cette démarche.

L’autoconfrontation accompagnée à des traces de ses activités, seule ou en combinaison avec les dispositifs méthodologiques que nous venons de mentionner, permet d’associer les praticiens (et les personnes qu’ils accompagnent) à l’analyse de leur propre travail, par remémorisation de leurs vécus sensoriels, cognitifs et émotionnels, stimulée et ancrée dans l’écoute et le visionnement de l’enregistrement de celui-ci (Pomerantz, 2005 ; Tochon, 1996). Ces dispositifs d’autoconfrontation, qui fonctionnent pour la plupart en régime présentiel, sont des interactions qui s’organisent autour d’un foyer principal d’attention conjointe : un écran d’ordinateur, qui constitue un espace de perception sensorielle capable d’ouvrir une fenêtre d’auto-observation de comportements distants dans le temps et dans l’espace.

Nous menons depuis 2019 une recherche praticienne dans le champ professionnel du Conseil en Économie Sociale Familiale (CESF) qui a pour moteur un dispositif écranique d’autoconfrontation accompagnée, qui génère des sessions de co-analyse en ligne d’un premier corpus d’auto-enregistrements d’entretiens téléphoniques d’accompagnement social en économie sociale familiale. L’enregistrement de ces sessions de co-analyse permet de constituer un second corpus, qui, à son tour, constitue une base empirique pour une analyse détaillée des pratiques de co-recherche, en une démarche qui confère à notre dispositif le double statut de moyen de recherche et d’objet de recherche.

Dans un contexte qui a stimulé le développement des Data Session online au sein des équipes de recherche en analyse de conversation, moteur d’une mise en réseau sans précédents des équipes, nous proposons de présenter nos résultats d’analyse phénoménologique et conversationnelle de nos propres sessions écraniques d’analyse conjointe.

Bibliographie

Barbier, C. (2011) ‘Autoconfrontation et analyse des activités humaines’, in Le Meur, G. & Hatano, M. (eds) Approches pour l’analyse des activités. Paris: L’Harmattan, pp. 77–114.

Clot, Y. (2001) ‘Clinique du travail et action sur soi’, in Baudouin, J.-M. & Friedrich, J. (eds) Théories de l’action et éducation. Bruxelles: De Boeck, pp. 255–277.

Hall, C. et al. (eds) (2014) Analysing Social Work Communication: Discourse in Practice. London / New York: Routledge.

Mondada, L. (2017) ‘Multiactivité en interaction’, in Barbier, J.-M. & Durand, M. (eds) Encyclopédie d’analyse des activités. Paris: PUF, pp. 319–356.

Pomerantz, A. (2005) ‘Using participants’ video stimulated comments to complement analyses of interactional practices’, in Molder, H. & Potter, J. (eds) Conversation and Cognition. Cambridge: Cambridge University Press, pp. 93–113.

Quettier, P. & Hachour, H. (2011) ‘Analyse ethnométhodologique de l’activité et des discours en situation’, in Le Meur, G. & Hatano, M. (eds) Approches pour l’analyse des activités. Paris: L’Harmattan, pp. 223–269.

Tochon, F. (1996) ‘Rappel stimulé, objectivation clinique, réflexion partagée. Fondements méthodologiques et applications pratiques de la rétroaction vidéo en recherche et en formation’, Revue des sciences de l’éducation, 22(3), pp. 467–502.

Vermersch, P. (2012) Explicitation et phénoménologie. Paris: PUF.


  • MONTEIRO, David; BINET, Michel – Managing mobility and progressivity in video-mediated interviews. [–> Cliquer : PDF du Powerpoint]

Abstract | In qualitative research, interviews provide an important method for collecting data and, in themselves, constitute a relevant object of study (Talmy, 2010). From an interactional viewpoint, interviews are locally organized around participants’ orientation to the categories of ‘interviewer’ and ‘interviewee’, so that the former is normatively expected to produce questions and the other to respond to them (Kasper, 2013). Within the moment-by-moment unfolding of an interview, participants’ orientation to these tasks may be momentarily suspended upon the emergence of other, concurrent involvements, hence posing practical challenges to the seamless progressivity of the main activity (Roulston, 2010). While this is normally the case in co-present interactions, it is also overwhelmingly so in video-mediated encounters (see Heath & Luff, 1993), due to the sociomaterial specificities of the videoconferencing device and its affordances for configuring interactional space (Mondada, 2013). The growing adoption of videoconferencing technologies for personal and professional use (see Due & Licoppe, 2020; Licoppe & Morel, 2012) has resulted in an increased production of video-mediated interviews, where participants’ involvements at their own physical environments may pose significant constraints on the organization of the interviewing activity, especially when participants move from one place to another while carrying their portable equipments. Proceeding within the framework of Conversation Analysis (see Sidnell & Stivers, 2012), and using data from a corpus of video-mediated research interviews (n=30) with healthcare professionals in Portugal, the present study investigates the situated production of such interviews from a multimodal approach, focussing on participants’ interactional management of interviewees’ mobile trajectories (see Haddington, Mondada & Nevile, 2014) and the progressivity of the interviewing activity. The analysis takes a close look at some of the praxeological environments exploited and interactional practices mobilized for locally managing interviewees’ involvement in multiple, concurrent activities, e.g. explicitly topicalizing and accounting for one’s own mobility, as well as addressing both participants’ ability to visually and audibly monitor ongoing actions and mobile trajectories in the course of transit between rooms. By doing do, this study aims to contribute to research on two topics: a) the interactional organization of interviews and the affordances of video-mediated technology for its production; b) the multimodal organization of video-mediated interaction and participants’ ‘technomethods’ (see Button & Dourish, 1996) for managing the interplay between progressivity and intersubjectivity, mobility and multiactivity.  

Bibliography:

Button, G. & Dourish, P., 1996. “Technomethodology: paradoxes and possibilities”. Proceed ings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, April 1996. 19–26. DOI: 10.1145/238386.238394

Due, B. L. & Licoppe, C., 2020. “Video-Mediated Interaction (VMI): Introduction to a special issue on the multimodal accomplishment of VMI institutional activities”. Social Interaction. Video-Based Studies of Human Sociality, 3(3). DOI: 10.7146/si.v3i3.123836

Haddington, P., Mondada, L. & Nevile, M. (Eds.), 2014. Interaction and Mobility: Language and the Body in Motion. Berlin: De Gruyter.

Heath, C. & Luff, P., 1993. “Disembodied conduct: Interactional asymmetries in video-mediated communication”. In: Button, G. (Ed.). Technology in working order: Studies of work, interaction, and technology. London: Routledge, 35-54.

Kasper, G., 2013. “Conversation analysis and interview studies”. In: Chapelle, C. A. (Ed.) The Encyclopedia of Applied Linguistics. Oxford: Wiley-Blackwell, 1022–1027.

Licoppe, C. & Morel, J., 2012. “Video-in-interaction: “Talking heads” and the multimodal organization of mobile and Skype video calls”. Research on Language and Social Interaction, 45(4), 399–429. DOI: 10.1080/08351813.2012.724996

Mondada, L., 2013. “Interactional space and the study of embodied talk-in-interaction”. In: Auer, P., Hilpert, M., Stukenbrock, A. & Szmrecsanyi, B. (Eds.). Space in Language and Linguistics: Geographical, Interactional and Cognitive Perspectives. Berlin, De Gruyter, 247-275.

Roulston, K., 2014. “Interactional problems in research interviews”. Qualitative Research, 14(3). DOI: 10.1177/1468794112473497

Sidnell, J. & Stivers, T. (Eds.) 2012. The Handbook of Conversation Analysis. Oxford: Wiley-Blackwell.

Talmy, S., 2010. “Qualitative interviews in applied linguistics: From research instrument to social practice”. Annual Review of Applied Linguistics, 30, 128–148. DOI:10.1017/S0267190510000085



 

 

Michel G. J. Binet

Professeur Universitaire à l’ISSSL-UL (Instituto Superior de Serviço Social de Lisboa – Universidade Lusíada) - Chercheur en Travail social - Docteur en Anthropologie - Analyste de Conversation - Coord. do Lab•FEACC - Chercheur Associé ADAC - Consultant - Formateur - Traducteur (portugais-français) - Membre du Conseil du GIS Hybrida-IS, Groupement d'Intérêt Scientifique en Travail social

More Posts


OpenEdition sugere que esta publicação seja citada da seguinte forma:
Michel G. J. Binet (7 de Julho de 2022). Interactions Multimodales Par ÉCran (IMPEC) 2022, Lyon, 06-08/07/2022 | Participation du GEACC : Deux communications. Lab•FEACC. Recuperado em 14 de Julho de 2024 de https://doi.org/10.58079/oy54


Deixe um comentário

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *

Este site utiliza o Akismet para reduzir spam. Fica a saber como são processados os dados dos comentários.